Diapositive1



Réaction à un article de François Burgat

Michel RENARD


Sur le site Oumma.com, François Burgat a publié, le 1er janvier 2007, un court article consacré à la place injustifiée, selon lui, que les médias en France accorderaient aux analyses critiques des "humeurs protestataires et (du) goût intempestif de la violence de l’immense majorité… de ces intégristes". Il écrit notamment :

- "Depuis le «psychanalyste musulman» qui a découvert (et qui le lui reprocherait !) tout le plaisir qu’il a à ne plus l’être, jusqu’au converti de fraiche date qui vient avec entrain, du haut de son soufisme tout neuf (ah… le bon soufisme !), pourfendre si opportunément la résistance du Hamas et du Hezbollah, sans oublier bien sûr la banlieusarde qui refuse d’être «soumise», l’imam adoubé par les généraux d’outre méditerranée, le roi de la caméra cachée régulièrement «infiltré chez les terroristes», le spécialiste des pathologies de la pensée musulmane et, de l’extrême droite chrétienne à l’extrême gauche marxiste, toute la cohorte des perdants récents de la politique arabe, venus sur le ton de l’expertise nous dire combien nous avons raison de penser tout ce mal de «nos ennemis communs», la palette sans cesse renouvelée des médiateurs «islamiquement corrects» de l’autre musulman s’enrichit et se renouvelle à l’infini.Chacune et chacun de ces hérauts de nos «autres» a bien évidement son charme, sa respectabilité et sa légitimité. Le problème est que leur fortune médiatique est trop souvent inversement proportionnelle à leur ancrage dans la population qu’ils sont supposés représenter. Et qu’ils ne doivent leur temps d’antenne qu’à leur capacité à occulter beaucoup d’autres visions, bien d’autres sensibilités, de multiples autres exigences, qui sont souvent celles de la vaste majorité de leurs concitoyens ou de leurs compatriotes, ainsi privés de voix." (...)

(François Burgat)


Pertinence intellectuelle et "représentativité"


- j'ai adressé au site le commentaire suivant :

as salam ‘aleikum

François Burgat - dont j’appréciais les analyses sur le conflit algérien dans les années 1990 mais dont je ne partage plus les vues sur l’islamisme international - écrit :

"Chacune et chacun de ces hérauts de nos «autres» a bien évidement son charme, sa respectabilité et sa légitimité. Le problème est que leur fortune médiatique est trop souvent inversement proportionnelle à leur ancrage dans la population qu’ils sont supposés représenter".

En vertu de quel étrange raisonnement la pertinence intellectuelle devrait-elle être liée à une quelconque "représentativité"... ?

Bien sûr, les médias doivent tenir compte des réalités sociologiques, mais la valeur du débat intellectuel n’est pas le reflet de la sociologie. Il importe de donner la parole aux porteurs d’une analyse critique qui n’ont pas forcément une "majorité" derrière eux.

Je préfère réfléchir avec les propos de ce "spécialiste des pathologies de la pensée musulmane" (je suppose qu’il s’agit d’Abdelwahab Meddeb), plutôt qu’avec les vociférations antisémites et négationnistes d’Ahmadinejad, président de la République islamique d’Iran...

wa salam

Hilal-Michel Renard

PS - Ce commentaire a été publié mais le lien avec ce blog a été censuré, bien sûr...


Meddeb_couv_2              Meddeb_couv_1

- Abdelwahab Meddeb, La maladie de l'islam, Seuil, éd. de poche, 2005.

- Abdelwahab Meddeb, Contre-prêches, Seuil, 2006.151_2929

Abdelwahab Meddeb, écrivain et poète, né en 1946 à Tunis, a publié une vingtaine de livres. Il enseigne la littérature comparée à l'université Paris X-Nanterre et anime l'émission " Cultures d'islam " sur France Culture.






- retour à l'accueil