samedi 22 janvier 2011

des islams...


masque-furusiyya

 

un islam ou des islams ?


par Michel Renard, jeudi 13 janvier 2011, 01:38 (sur Facebook)

 

le salafiste britannique Abou Mounisa

Les musulmans doivent se déterminer clairement. Les salafistes parlent-ils au nom de l'islam ? Si oui, la guerre des civilisations est devant nous. Si non, ceux qui s'opposent aux salafistes doivent argumenter et dire en quoi les salafistes sont une déviance de l'islam, ils doivent le dire en tant que musulmans en trouvant dans l'héritage de la pensée islamique des arguments pour répondre aux salafistes. Si ils ne le peuvent (ou ne le veulent) la confrontation est devant nous.

Michel Renard

 

http://www.youtube.com/watch?v=LfTEC3GmoXs

 

Le salafiste britannique Abou Mounisa : Déraciner la démocratie pour que la société toute entière se prosterne devant Allah

Ci-dessous des extraits d'un discours du salafiste britannique Abou Mounisa lors de la conférence de l´Eveil tenue le 15 décembre 2010 et mise en ligne sur Internet.

Voir les extraits vidéo sous-titrés en anglais : http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/2744.htm

 

"Notre dawa doit être une dawa contre le système, que nous remplacerons par l'islam… Nous voulons que la société toute entière courbe la tête devant Allah"

 

Abou Mounisa : "S'agissant de Dawa [appel à l'islam], ne pensez pas, chers frères et sœurs, que notre dawa consiste à appeler à l'islam une poignée de gens dans la rue.

Notre dawa doit être une dawa contre le système, que nous remplacerons par l'islam. C´est ce que nous devons faire, mes chers frères : nous devons appeler l'ensemble de la société à l'islam. Nous ne nous contentons pas d'appeler un frère ou une sœur à suivre la religion d'Allah. Nous voulons que la société toute entière courbe la tête devant Allah. Nous ne voulons pas qu'une seule sœur porte le khimar [voile] ou le jilbab [robe] ; nous voulons que la société toute entière porte le khimar ou le jilbab. Nous ne voulons pas que seuls nos frères et sœurs se prosternent devant Allah. Nous voulons que toute la société en fasse autant. C'est la dawa du prophète Mahomet. C'est notre dawa, chers frères et sœurs. (…)

Si vous vous tenez derrière votre stand de dawa, vous contentant d'inviter les gens à rejoindre l'islam, à l'instar de Zakir Naik [prédicateur], pensez-vous que vous allez changer la société ? Sans attaquer la loi l'ordre [établi] ? Non, mes chers frères, impossible de changer la société de cette façon. La société ne pourra pas changer. Nous devons provoquer la société pour qu'elle change."

 

"Qui autorise cette liberté ? Qui autorise cette démocratie ? Qui permet à ces faux dieux d'exister ?"

"En outre, ce que nous devons comprendre, c'est qu'à l'époque où le prophète Mahomet était à la Mecque, il s'y trouvait 360 idoles. Aujourd'hui, on ne vénère plus d'idoles physiques. Aujourd'hui, on vénère les idées de démocratie, de liberté et de capitalisme. Voilà ce que l'on vénère aujourd'hui. La femme dira : je suis libre d'avorter. L'homme dira : je suis libre de pratiquer la promiscuité sexuelle. Vous voyez ce que je veux dire ? C'est la réalité d'aujourd'hui .

Qui autorise cette liberté ? Qui autorise cette démocratie ? Qui permet à ces faux dieux d'exister ? Le gouvernement, la loi et l'ordre [établi]. Ce sont eux qui le permettent. Quand le [peuple] dit au prophète Mahomet : pourquoi ne pas ajouter votre dieu aux nôtres ? Ça n'en fera qu'un de plus – vous n'avez qu'à l'ajouter. Il répondit : Non !" (…)

 

"Nous devons couper la tête de la démocratie pour la déraciner."

"Il dit : Croyez-vous que je vais mêler mon Dieu aux vôtres ? Je ne mêle jamais mon Dieu aux vôtres. Il m'est impossible de mêler mes dieux [sic] aux vôtres et je ne le ferai jamais. Je crois qu'Allah se suffit à Lui-même. Il n'a pas besoin de vos dieux. Je suis venu détruire vos dieux. Quand Allah accorda au prophète Mahomet la victoire à la Mecque, il se rendit à la Kaaba et détruisit tous les 360 dieux qui s´y trouvaient. Mais vous savez quoi, Il ne s'est pas arrêté là. Savez-vous ce qu'il a fait ? Il s'est rendu dans les régions des idoles : Lat, Uzzat et Manat. Il est allé jusque dans ces régions, et a demandé : où se trouve Uzzat ? Où se trouve Manat ? Il est allé les trouver et les a détruites, tuées, leur a tranché la tête, les a décapitées. Voilà pourquoi, mes chers frères, nous devons couper la tête de la démocratie pour la déraciner."

 

"Nous devons attaquer chaque jour leur système… Nous devrions mettre tout notre coeur, pour l'amour d'Allah, à détruire l'intégralité de leur système et le remplacer par l'islam."

"Nous devons couper la tête du capitalisme pour le déraciner, nous en emparer, le tuer à la racine. Voilà ce que nous devons faire. Nous devons le haïr au point, mes chers frères, d'attaquer chaque jour leur système. Chaque jour. Exactement comme le prophète Mahomet. (…)

Voilà ce que devrait être notre sentiment. Voilà ce que nous devrions croire. Nous devrions mettre tout notre coeur, pour l'amour d'Allah, à détruire l'intégralité de leur système et le remplacer par l'islam. (…)

Qui autorise l'alcool, pour commencer ? La loi et l'ordre [établi]. C'est pourquoi nous devons nous tourner vers la loi et l'ordre [établi]. Nous devons attaquer la loi et l'ordre [établi]. Un homme de l'époque du prophète Mahomet… Désolé, excusez-moi. Omar ibn Al-Khattab aperçut une femme habillée de façon inappropriée. Ce que Mahomet a fait… Non, désolé… Ce qu'Omar ibn Al-Khattab a fait… Il est allé la trouver et l'a frappée. Il l'a frappée. Il lui a dit : 'Comment oses-tu aller dans les rues de Médine, qui appartient au prophète Mahomet, ainsi vêtue ? Elle s'est retournée et lui a dit : Qui êtes-vous pour vous pour me dire comment m'habiller ? Vous savez ce qu'il lui a répondu ? Je suis l'émir des croyants. Mais de nos jours, nous ne pouvons gifler toutes les femmes dans la rue. Nous ne le pouvons pas. Cela ne nous est pas permis.

Donc ce qu'il nous reste à faire, c'est nous tourner vers le munkar [le mal]. Nous devons nous retourner et attaquer la société. En nous attaquant à la racine du problème, nous supprimons le problème. Mais si vous ne faites que vous occuper des branches, en saisissant une poignée par-ci, une poignée par-là, vous n´allez pas régler le problème. Cela ne réglera jamais le problème. Nous devons nous attaquer à la racine du problème, qui est la loi humaine, le système humain qui nous régit aujourd'hui. Vous comprenez, mes frères ? C'est ce que nous devons faire."

"Nous devons nous occuper de ces lois, les remplacer par l'islam… et attaquer Daoud Kamroon"

"Nous ne pouvons pas simplement nous asseoir jusqu'à ce que nos frères disent : Mon frère, ce que tu fais est interdit. Ma sœur, ton foulard est complètement prohibé – c'est une grosse bosse sur la tête.  Ce n'est pas comme ça qu'on fait. Ce qu'il faut, c´est dire à ta sœur que sa bosse est inconvenante. Il faut aller dire à son frère qu'il a tort.  Et il faut aussi encourager le bien et interdire le mal, et faire que la société se prosterne devant Allah.

Voilà ce que nous devons faire, mes chers frères. Nous devons attaquer les dirigeants. Nous devons nous retourner et attaquer… comment il s'appelle ? Daoud Kamroon… Cameron. Il l'appelle Daoud Kamroon. Nous devons l'attaquer. Nous devons dire : vos lois sont opprimantes. Nous devons nous occuper de ces lois, les remplacer par l'islam. Voilà ce que nous devons faire."

_____________________________________________________

 

 

    • Razika Guériani : Ecoeurée !..... (c'est le seul mot qui me vient à l'esprit)

      13 janvier, 02:05 ·

    • Michel Renard ‎- oui Razika... mais il faut savoir que l'islam c'est AUSSI cela...

      13 janvier, 02:16

    •  

       

    • Razika Guériani : Pas le mien ni celui de mes arrières grand-parents, grands-parents, parents, freres, soeurs, oncles ; tantes, cousin(e)s, belles-soeurs, ami(e)s, connaissances, voisins, etc etc Force est de constater qu'il y a donc plusieurs INTERPRETATIONS de l'Islam !

      13 janvier, 02:25

    • Razika Guériani et sur ce : مساء الخير والسلام عليكم

      13 janvier, 02:47    


    • Michel Renard - entièrement exact, il y a plusieurs interprétations de l'islam. Ce qui est inquiétant c'est que les musulmans qui ne partagent pas le délire des salafistes (mais aussi celui des fondamentalistes, des islamistes, des jihadistes) ne leur répondent JAMAIS. À part quelques intellectuels... Où sont les courants qui se réclameraient d'un islam des "Lumières", d'un islam religion non politique, d'un islam "moderniste", d'un islam laïque...??? Pas dans les mosquées, pas dans les khûtba du vendredi, pas dans les associations de l'islam militant... L'expression dominante de l'islam est celle des islamistes et des salafistes...
      Ce qui ne peut manquer d'inquiéter. Le clash of civilisations est devant nous. 

    •  

       

      13 janvier, 09:41 ·

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 12:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]